La révolution contre Google est en marche

La révolution contre Google

La puissance de Google commence à lasser les professionnels du référencement et de l’Ecommerce. Depuis plusieurs années déjà, nombreux sont ceux qui crient au scandale, faisant du comportement du géant de Mountain View un débat vieux comme le monde sur les forums. Il est vrai que Google est devenu beaucoup plus qu’un simple moteur de recherche. C’est maintenant un « gouvernement » qui décide comment les enjeux économiques du web sont répartis.

Pour comprendre, le positionnement dans Google est devenu tellement important qu’il ne s’agit plus de travailler un site pour avoir la première place. Il faut aussi optimiser les autres services rattachés au moteur, avec les réseaux sociaux, Google + ou Youtube par exemple. Il est presque impossible de ne pas avoir à créer un compte Google avec une adresse Email. Les résultats du moteur ne se contentent plus d’afficher que des sites web, mais propose bien des informations d’adresses (géolocalisation), des nouvelles de la presse (google actualités) ; on peut peut aussi y trouver des extraits de livres (google books), et même comparer les prix de produits (google shopping).

Tout est désormais possible sur Google ce qui inquiète le plus grand nombre. Car derrière des valeurs de démocraties, il semble que ce soit plutôt le modèle économique de la firme qui fait la loi. Ainsi de cette contestation les plus observateurs y voient des opportunités. Google est-il en train de commercer à perdre son monopole ? Éléments de réponses avec les tendances et les nouveautés qui ont fait bouger le web ces dernières semaines. Cet article ne concerne pas le SEO mais s’intéresse aux changement structurels qui peuvent l’influencer dans un futur proche.

Une révolution made in France avec Qwant ?

Qwant est un nouveau moteur de recherche mis en service cette semaine après 2 ans de recherche et développement. Il reste pour l’instant en phase d’étude, mais vous pouvez l’essayer ici. Qwant fait le buzz sur internet. Même peut être plus que le buzz, car cela fait plusieurs jours que les échanges et les discussions continuent. C’est d’abord le scepticisme qu’à reçu le moteur. Puis la critique, pour la faible qualité de ses résultats vus qu’ils n’étaient rien d’autres que des copies de ce qu’il existait ailleurs (Bing, Wikipédia, Amazon). Enfin la Direction à pris les choses en main et détaillée son projet lors d’une interview donnée à un blogueur. C’est maintenant les encouragements et l’espoir qui accompagnent le moteur. En effet son idée est de proposer une autre expérience de la recherche. D’abord concrétisé par une interface différente, puis couplé à un fond « intelligent », répartit en colonnes et un haut de page réservé aux photos : La 1ère colonne regroupe les infos du web classique, la 2e les événements en direct, la 3e les résultats des réseaux sociaux, et la 4e des comparateurs de prix. Entre la 2e et la 3e nous avons un knowledge graph, des détails sur le sujet recherché. Essayez par exemple en effectuant la recherche « Zinedine Zidane ».

Le pari de Qwant est de réussir à regrouper des informations de différentes natures sur la même page. Ce qui emmène à trouver des résultats personnalisés comme par exemple sur la requête « Que se passe t-il à Paris ce soir ». L’un des co-fondateur explique pour cet exemple que Qwant « regroupe » puis « organise » l’information. C’est bien vers cet idéal que tend à aller les moteurs de recherche avec le knowledge graph. Qwant semble avoir remporté une partie de son pari. Nous en sommes qu’au début et des améliorations sont certainement à réaliser. Nous attendions depuis longtemps un concurrent sérieux à Google. Peut être que nous l’avons devant nous. Il a pour l’instant posé les bonnes bases, et comme le dit un inventeur français d’un autre genre et d’une autre époque, « rien ne sert de courir il faut partir à point ».

Déjà des concurrents étrangers ?

Yandex le russe

Qwant n’est pas le seul à vouloir réduire le monopole de Google. A commencer par une entreprise russe créée un an avant le moteur. Il s’agit de Yandex, moteur 100% Russe est le plus important dans le pays. En novembre dernier il annonce un partenariat stratégique avec un anti-virus pour proposer des recherches sécurisées. Annoncé comme le grand concurrent numéro 1 de Google, il voit maintenant apparaître un outsider français sérieux qui à choisi un positionnement plus pertinent.

Facebook à base de soft-power

Le cas Facebook à fait l’objet d’un article sur ce blog très bien reçu, intitulé « Et si Facebook passait devant Google  ». Pour résumer Facebook tente de se placer dans le sillage de son compatriote Google, en présentant lui aussi son graph orienté social. Par logique pour Qwant, « le concurrent de mon concurrent est mon concurrent », à moins que le français choisisse « le concurrent de mon concurrent est mon ami ». Dans ce cas une sérieuse alliance ne laisserait pas Google indifférent.

Dans les deux cas Facebook est un sérieux acteur à suivre car il à toujours un potentiel d’attraction auprès de toutes les populations, chez les internautes et chez les entreprises. A partir du moment où les premiers feront des achats sur Facebook, il sera temps de s’activer car cela signifiera que les internautes font des recherches sur son moteur. Et en signe de présage je vois apparaître de plus en plus de boutiques Facebook, d’idées de ventes créatives sur Pinterest ou sur Tumblr. Le réseau social annonce lui aussi n’être qu’au début de nouveautés qu’il va nous apporter. Et il est bien bien placé pour nous indiquer le nouveau « way of live » sur les réseaux sociaux.

L’arrivée des moteurs de recherches dédiés aux mobiles

Dans toutes ces observations il ne faut pas oublier les mobiles, smartphones et tablettes. D’ici quelques années on annonce plus de navigation sur ces plate-formes que sur un ordinateur fixe. Et certains voient là des opportunités, car on utilise pas son mobile comme son PC. Le moteur de recherche pour mobiles Izik en fait sa particularité, et il gagne de plus en plus d’adepte dans le monde. Il est pour l’instant disponible que pour les recherches anglophones. Illustration en video.

Téléchargez le moteur pour androïd.

Téléchargez le moteur pour l’iPad.

Google propose bien des applications mobiles de son moteur de recherche. Mais rien de comparable à Izik et à son intuitivité. Voici un autre concurrent que va devoir affronter le moteur s’il veut garder la main. La transition mobile sera cruciale. Il le sait, et semble déjà orienté vers des projets encore plus futuristes.

Des concurrents pour Google actualités dans la presse en ligne

Orange et son moteur

L’épisode entre les éditeurs de presse français et Google à fait couler beaucoup d’encre jusqu’à un accord commun. Ils ont demandé au moteur de leur reverser une taxe pour l’affichage de leurs articles dans la partie Google Actualités. Ce qui est fait en Allemagne, en Italie et au Portugal. L’action française fait même des émules en Belgique et en Angleterre.

C’est alors que Orange revient sur le devant de la scène pour proposer son moteur dédié aux informations de la presse : Le moteur. Vous trouverez des résultats des pages des Echos, Le Figaro, L’équipe, Le Parisien et Le Point. Son autre particularité est qu’il propose une liste des sujets les plus consultés du moment, dans la même idées des « hot trends » proposés par le service Google trends. Ici pas question de faire concurrence à Google selon Orange. Il s’agit plutôt de privilégier des relations de proximité entre lecteurs et éditeurs.

Le site d’actualités locales Actu D’ici

C’est la même idée qui est développée par le site d’actualités Actu D’ici.fr. Pensé et créé par un groupe qui ne m’est pas inconnu, dont je connais le talent et la justesse, ce site regroupe les titres de la presse régionale pour mettre en avant l’information locale. L’idée est pertinente car c’est un positionnement peu exploitée. Le site joue la carte de la proximité au plus grand bonheur des lecteurs qui peuvent ainsi retrouver l’actu qui les concerne. Côté éditeurs, une interface simple et efficace leur propose de référencer et de gérer la visibilité de leurs pages.

Actu D’ici est un modèle alternatif de la recherche d’informations et d’actualités sur le web. Le site est dans l’air du temps et semble avoir de belles opportunités devant lui.

Conclusion : une révolution qui prendra du temps

Celui qui veut faire de l’ombre à Google devra être bien armé. Car les « milliards » de moyens dont disposent la firme lui permettent d’en faire ce qu’elle veut. Il est évident que le prochain concurrent sérieux de Google devra être patient. Surtout que le géant américain ne cédera pas sa place si facilement. La tendance va vers un web social, où les résultats des réseaux sociaux se mélangent à ceux du web traditionnel. Plus encore, le web social sera un vrai changement du comportements des internautes. Ils pourront plus facilement et plus rapidement trouver des informations avant compliquées à dénicher, et qui dépendront de l’activité de leurs amis sur les réseaux sociaux. Les fameux graph donnent ensuite une nouvelle vision du web, qui donneront une suite logique aux résultats, à la manière des suggestions de recherches. Le couplage entre graph et web social semble être la clés de ceux que sera le web de demain. D’où une nouvelle façon de faire du référencement et des nouveaux genres de rédaction qui prendront forme.

La révolution contre Google est en marche
5 - 100% - 1 vote

RelatedPost

6 thoughts on “La révolution contre Google est en marche
  1. Très bon article Nicolas. Du talent et des idées on n’en manque pourtant pas en Europe ! En espérant que Qwant saura profiter de son exposition pour faire jaillir cette fameuse « autre expérience de la recherche » qu’il convoite.

  2. Je connais bien le système dont tu parles pour l’avoir vécu. Et je peux te l’assurer, même les américains les plus riches n’en sont pas toujours satisfait. Enfin sans rentrer dans les détails ne nous écartons pas de l’essentiel. On ne compte plus le nombre d’articles disant que nous sommes en retard, toujours les derniers et jamais les innovateurs. Alors lorsque c’est bien il ne faut pas hésiter à le dire. Mais l’idée principale n’est pas d’encourager Qwant ou le modèle low cost (qui a d’ailleurs le vent en poupe). C’est de noter les nouveautés du web qui vont a l’encontre de Google. Il fallait oser…

  3. Et c’est tout à ton honneur Nicolas. Ton commentaire est tout à fait à l’image de cette France schizophrène qui insupporte au plus haut point car comme tu le soulignes, les français sont bien content de payer moins cher avec free, ravi de voir leur pouvoir d’achat augmenter grâce à la concurrence mais si tu leur parles de changer la vielle sécu par un système libérale ils vont tous descendre dans la rue croyant que l’état fait bien les choses sans voir qu’ils se font spolier honteusement par celui-ci.
    Sans être pro-américain je déplore que notre société ne connaisse rien à l’économie de marché dans laquelle elle vit et que le mot libéralisme soit connoté péjorativement.
    Les français ne veulent pas voir tout ce que l’état fou en l’air comme argent en prétextant les protéger et ne veut pas entendre et appliquer les recettes qui marchent. La dette aura bientôt fini de lessiver ce système à bout de souffle et à ne pas vouloir changer en douceur quand il en est encore temps, le changement tant promis, pas celui du Normal 1er hein, se fera dans la douleur mais nous promettra des jours meilleurs 😉

  4. Merci pour ce commentaire bien détaillé, explicite et pro-américain ;-). Il apporte ce que j’attendais, une critique qui met en avant les différents sujets de l’article : google, les Etats-Unis, l’attitude française, et la liberté de choix. Je ne pense pas que les français soient arrogants, on est habitués aux monopoles avec certains fleurons. Mais dès que l’occasion s’en trouve, on est les premiers à soutenir la « concurrence pure et parfaite » (ex free dans la téléphonie). Et au final c’est le consommateur qui est gagnant (donc le pouvoir d’achat ? ;-)). Faire bouger Google ne sera pas une mince affaire. Mais lorsque l’initiative vient de la France alors je soutiens.

  5. Un article bien détaillé et complet même si je reste persuadé que les concurrents de Google reste et resteront encore quelques années à des années lumière de leur principal concurrent, Google.
    C’est une spécialité bien française que de critiquer une chose puissante, en particulier quand elle est américaine pour au final s’en mordre les doigts.
    En effet, au même titre que la France et l’Europe ont critiqué l’Amérique arrogante, puissante et guerrière d’il y a quelque année, elle se retrouve maintenant bien à la peine, si vides étant ses poches, à devoir guerroyer toute seule et mettre un peu d’ordre en Afrique ou ailleurs. Sans jamais l’avouer car ce serait se renier, les politiques européens regrettent vraiment d’avoir affaire maintenant à une Amérique mollassonne avec à sa tête un socialiste menant son pays dans un gouffre financier qui risque de l’anéantir.
    Avec Google on risque la même chose, à force de s’en prendre toujours au plus fort, comme avec l’histoire récente des journaux largement subventionnés par nos deniers, comme si on avait besoin de ça, ont modestement obtenu quelques millions d’euros par an donné par Google pour continuer à pouvoir afficher dans les actu les articles de la presse au ordre. Qu’en sera-t-il le jour ou Google, fatigué de parler avec des idéologues dogmatique et arrogants français décidera tout simplement de ne plus indexer les pages de ces journaux? Ne restera pour pleurer que nos yeux car à trop vouloir faire valoir ses droits qui n’en sont pas tout en profitant d’un système que l’on est bien content d’avoir car on en bénéficie, on peut finir par payer très cher son idéologie d’un autre age.
    La modernité n’attendra pas la France et tant que Google fournira les meilleurs outils pour le net, il sera libre de faire ce qu’il veut de ses outils. Alors pour ceux qui ne souhaitent pas utiliser les outils de Google, libre à eux de le faire. La liberté c’est ça. Vous pouvez utiliser Qwant, Baidu, Yandex, Yahoo, Bing pour vos recherches, vous être libres de vos choix 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.